Cette page vous a-t-elle été utile ?
Votre avis sur ce contenu est important. N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.
Vous avez d'autres commentaires ?
1500 caractères restants
Propriétés de rôle Azure

Propriétés de rôle Azure

Mis à jour: mai 2015

La boîte à outils Azure pour Eclipse (Technologies ouvertes Microsoft) permet de définir divers paramètres de configuration pour votre rôle Azure.

Pour ce faire, vous utilisez les boîtes de dialogue de propriétés relatives à votre rôle de travail. Ouvrez le menu contextuel du rôle dans le volet de l'Explorateur de projets Eclipse, puis sélectionnez le sous-menu Azure. (Si vous ne voyez pas le rôle dans l'Explorateur de projets d'Eclipse, développez votre projet Azure dans l'Explorateur de projets).

Menu Propriétés du rôle Microsoft Azure

Cette rubrique décrit les différentes propriétés que vous pouvez définir dans les boîtes de dialogue Propriétés. Notez que de nombreuses propriétés sont automatiquement définies lorsque vous créez un projet de déploiement Azure.

Les pages de propriétés suivantes sont disponibles pour les rôles Azure.

Pour modifier la taille de machine virtuelle et le nombre d'instances, ouvrez le menu contextuel du rôle dans le volet de l'Explorateur de projets Eclipse, cliquez sur Azure, puis sur Propriétés, comme illustré ci-dessous.

Propriétés de rôle
noteRemarque
Windows uniquement : Lorsque vous définissez le nombre d'instances sur une valeur supérieure à 1 et configurez un serveur d'applications, la boîte à outils ne permet d'exécuter qu'une seule instance dans l'émulateur, quelle que soit la valeur de ce paramètre. Il s'agit d'éviter les conflits de liaison de port entre les différentes instances de serveur (par exemple, tous celles qui tentent de lier au port 8080) qui s'exécutent sur un même ordinateur. Votre paramètre de nombre d'instances souhaitées est conservé, mais prend effet uniquement en cas de déploiement dans le cloud.

Ouvrez le menu contextuel du rôle dans le volet de l'Explorateur de projets Eclipse, cliquez sur Azure, puis sur Mise en cache. Dans cette boîte de dialogue, vous pouvez activer les caches nommés colocalisés compatibles avec memcache, qui vous permettent d'accélérer vos applications web.

Propriétés de Caching

La page de propriétés Mise en cache, vous permet de spécifier des paramètres globaux pour les éléments suivants :

  • activation ou non de la mise en cache colocalisée ;

  • taille du cache en tant que pourcentage de mémoire ;

  • nom du compte de stockage pour l'enregistrement de l'état du cache quand votre application s'exécute en tant que service cloud, ou aucun compte de stockage si vous ne souhaitez pas enregistrer l'état du cache (le nom du compte de stockage n'est pas utilisé lorsque vous exécutez votre application dans l'émulateur de calcul). Si vous nommez le compte de stockage (auto) (valeur par défaut), votre configuration de mise en cache utilise automatiquement le compte de stockage sélectionné dans la boîte de dialogue Publier sur Azure.

    noteRemarque
    Le paramètre (auto) n'a l'effet souhaité que si vous publiez votre déploiement à l'aide de l'Assistant Publication de la boîte à outils Eclipse. Si, au lieu de cela, vous publiez le fichier .cspkg manuellement à l'aide d'un mécanisme externe tel que le portail de gestion Azure, le déploiement ne fonctionne pas correctement.

La boîte de dialogue suivante présente les propriétés d'un cache.

Boîte de dialogue pour la configuration du cache nommé
  • Nom : nom du cache colocalisé.

  • Numéro de port : numéro de port à utiliser pour le cache.

  • Stratégie d'expiration : l'une des valeurs suivantes spécifiant quand expire une clé figurant dans le cache.

    • Absolue : la clé expire quand le délai spécifié par Minutes de vie est écoulé.

    • N'expire jamais : Aucun délai d'expiration n'est défini pour la clé.

    • Fenêtre défilante : la clé expire si elle n'est pas utilisée pendant la durée spécifiée par Minutes de vie ; à chaque accès, l'horloge d'expiration est remise à zéro.

  • Minutes de vie : nombre maximal de minutes de vie d'une clé mise en cache, déterminé par la stratégie d'expiration.

  • Haute disponibilité des sauvegardes répliquées sur différentes instances de rôle : contribue à offrir une haute disponibilité dans l'utilisation des sauvegardes répliquées sur différentes instances de rôle. Notez que, pour que cette fonctionnalité opère, au moins deux instances de rôle doivent être effectives pour votre déploiement.

Pour ajouter un nouveau cache, dans la page de propriétés Mise en cache, cliquez sur le bouton Ajouter afin d'ouvrir la boîte de dialogue Configurer un cache nommé. Spécifiez les valeurs des propriétés décrites ci-dessus.

Pour modifier un cache nommé, sélectionnez-le, puis, dans la page de propriétés Mise en cache, cliquez sur le bouton Modifier. Une boîte de dialogue s'ouvre, dans laquelle vous pouvez modifier les propriétés de cache. Cliquez sur OK pour enregistrer les valeurs de cache.

Pour supprimer un cache, sélectionnez-le, puis, dans la page de propriétés Mise en cache, cliquez sur le bouton Supprimer puis sur Oui pour confirmer la suppression.

Pour plus d'informations sur l'utilisation de la mise en cache, consultez Utilisation d'une mise en cache colocalisée.

Ouvrez le menu contextuel du rôle dans le volet de l'Explorateur de projets Eclipse, cliquez sur Azure, puis sur Certificats.

Chargement de déchargement SSL

Cette boîte de dialogue vous permet d'ajouter ou de supprimer des certificats référencés par votre projet Eclipse. Notez que les certificats répertoriés ici ne sont pas automatiquement stockés dans un KeyStore Java et. Ils ne sont donc pas automatiquement disponibles pour une utilisation à partir d'une application Java. Ils sont uniquement inscrits auprès d'Azure pour permettre leur préchargement dans le magasin de certificats Windows sur des machines virtuelles exécutant votre déploiement, puis leur utilisation par d'autres logiciels Windows. Actuellement, la seule fonctionnalité de la boîte à outils qui utilise les certificats ainsi référencés dans la boîte de dialogue Certificats est SSL Offloading, en raison de sa dépendance des services Internet Information Services (IIS) et du routage des demandes d'application (Application Request Routing, ARR), qui nécessitent que le certificat approprié soit mis à disposition de cette manière.

Lorsque vous déployez votre projet sur Azure à l'aide de l'Assistant Publication, vous êtes invité à désigner les fichiers d'échange d'informations personnelles (PFX) correspondant à ces certificats, ainsi que leurs mots de passe, afin de les télécharger automatiquement sur le service Azure, mais uniquement s'ils n'y ont pas été téléchargés précédemment.

Ouvrez le menu contextuel du rôle dans le volet de l'Explorateur de projets Eclipse, cliquez sur Azure, puis sur Composants. Cette boîte de dialogue vous permet d'ajouter, de modifier ou de supprimer les composants de votre rôle, ainsi que de modifier l'ordre dans lequel ils sont traités.

Propriétés des composants

La fonctionnalité des composants vous permet d'ajouter des dépendances à votre projet de déploiement Azure, telles que des projets d'application Java, des fichiers spéciaux et des instructions exécutables de ligne de commande que votre déploiement nécessite.

Pour chaque composant, vous pouvez spécifier ce qui suit :

  • l'opération à effectuer lors de l'importation du composant dans votre projet de déploiement Azure au moment de sa génération ;

  • L'opération à effectuer lors du déploiement de ce composant dans le cloud Azure.

noteRemarque
Lorsque vous spécifiez des fichiers de composants ou des lignes de commande, n'oubliez pas que votre déploiement sera publié sur une machine virtuelle Windows. Vos étapes personnalisées doivent donc être valides pour un système d'exploitation Windows.

Les composants ont les propriétés suivantes :

  • Importer : méthode indiquant comment le composant sera importé dans le projet lors de la génération de celui-ci. Les valeurs possibles sont les suivantes :

     

    Méthode d'importation Description

    copie

    Le composant est copié à partir du chemin d'accès local spécifié par la propriété De dans le répertoire approot du rôle.

    EAR

    Le composant est une archive d'entreprise (EAR) Java importée à partir d'un projet d'application d'entreprise dans le chemin d'accès local spécifié par la propriété De (la boîte à outils détecte automatiquement cela en fonction de la nature du projet à cet emplacement).

    JAR

    Le composant est une archive Java (JAR) importée à partir d'un projet Java dans le chemin d'accès local spécifié par la propriété De (la boîte à outils détecte automatiquement cela en fonction de la nature du projet à cet emplacement).

    aucun

    Aucune action n'est effectuée pour importer le composant. C'est le cas quand le composant est supposé être déjà présent dans la répertoire approot du rôle, ou quand le composant est simplement une instruction exécutable de ligne de commande, spécifiée dans la propriété En tant que quand la méthode de déploiement est exec.

    WAR

    Le composant est une archive d'application web Java (WAR) importée à partir d'un projet web dynamique dans le chemin d'accès local spécifié par la propriété De (la boîte à outils détecte automatiquement cela en fonction de la nature du projet à cet emplacement).

    zip

    Le composant est un fichier zip importé en compressant le répertoire ou le fichier spécifiés par la propriété De.

  • De : chemin d'accès source sur votre ordinateur local au dossier ou au fichier qui représentent les éléments à importer dans votre déploiement. Des variables d'environnement Windows peuvent être utilisées dans cette propriété. Tous les composants importables sont importés dans le répertoire approot du rôle lors de la génération du projet.

    Notez que vous avez la possibilité de déployer un composant à partir d'un téléchargement en cas de déploiement dans le cloud (pas dans l'émulateur de calcul). Consultez les informations ci-dessous concernant l'ajout d'un composant.

  • En tant que : nom de fichier sous lequel le composant sera importé dans le répertoire approot du rôle, puis déployé dans le cloud Azure. Laissez cette propriété vide pour conserver le nom utilisé sur la machine locale (pour des composants exécutables, c'est-à-dire ceux dont la méthode de déploiement est définie sur exec, il peut s'agir d'une instruction de ligne de commande Windows arbitraire).

    ImportantImportant
    Si vous utilisez des espaces pour cette valeur, elles sont gérées différemment selon la méthode de déploiement. Si la méthode de déploiement est exec, les espaces sont considérées comme des séparateurs d'arguments de ligne de commande, et non comme faisant partie du nom de fichier. Pour toutes les autres méthodes de déploiement, les espaces sont considérées comme faisant partie du nom de fichier.

  • Déploiement : méthode indiquant l'action appliquée au composant lors du démarrage du déploiement. Les valeurs possibles sont les suivantes :

     

    Méthode de déploiement Description

    copie

    Le composant est copié dans le chemin d'accès de destination spécifié par la propriété À.

    exec

    Le composant est une instruction exécutable de ligne de commande Windows exécutée dans le contexte du chemin d'accès spécifié par la propriété À lors du démarrage du déploiement.

    aucun

    Aucune action n'est appliquée au composant lors du démarrage du déploiement.

    zip

    Le composant est décompressé dans le chemin d'accès de destination spécifié par la propriété À. Cette méthode est disponible uniquement lorsque la propriété Importation est zip.

  • À : chemin d'accès de destination sur la machine virtuelle sur laquelle le composant doit être déployé. Des variables d'environnement Windows peuvent être utilisées dans cette propriété, et les chemins d'accès aux fichiers sont relatif à approot.

Pour ajouter un nouveau composant, dans la page de propriétés Composants, cliquez sur le bouton Ajouter afin d'ouvrir la boîte de dialogue Composant de rôle Azure. Spécifiez les valeurs des propriétés décrites ci-dessus.

Voici un exemple d'ajout de nouveau composant WAR.

Boîte de dialogue Nouveau composant de rôle Microsoft Azure

Lors d'un déploiement dans le cloud (pas dans un émulateur de calcul), si vous souhaitez déployer le composant à partir d'un téléchargement, assurez-vous que l'option Dans le cloud, au lieu d'inclure dans le package, déployer à partir de est activée. Si vous souhaitez télécharger à partir de votre compte de stockage Azure, sélectionnez celui-ci dans la liste déroulante Compte de stockage (vous pouvez cliquer sur le lien Comptes pour modifier le contenu de la liste). Cette action renseigne partiellement le champ URL que vous n'avez plus qu'à compléter. Si vous ne souhaitez pas utiliser de stockage Azure, sélectionnez (aucun) dans la liste déroulante Compte de stockage, puis entrez l'URL de votre composant dans le champ URL. Spécifiez l'une des options suivantes :

 

Méthode de déploiement à partir d'un téléchargement Description

copie

Le composant téléchargé est copié dans le chemin d'accès de destination spécifié par Dans le répertoire.

même

La méthode utilisée pour un Déployer à partir d'un téléchargement est la même que celle utilisée pour Déployer à partir d'un package.

zip

Le composant téléchargé est décompressé dans le chemin d'accès de destination spécifié par Dans le répertoire.

Pour modifier un composant, sélectionnez-le, puis, dans la page de propriétés Composants, cliquez sur le bouton Modifier. Une boîte de dialogue s'ouvre, dans laquelle vous pouvez modifier les propriétés de composant. Appuyez sur OK pour enregistrer les valeurs de composant.

Pour supprimer un composant, sélectionnez-le, puis, dans la page de propriétés Composants, cliquez sur le bouton Supprimer puis sur Oui pour confirmer la suppression.

Les composants sont traités dans l'ordre de leur position dans la liste. Utilisez les boutons Monter et Descendre modifier l'ordre.

noteRemarque
La fonctionnalité de configuration du serveur repose également sur des composants. Il n'est pas possible de supprimer ou de modifier ces composants sans supprimer la configuration du serveur correspondant. Vous êtes invité à le faire quand vous tentez d'apporter des modifications à de tels composants.

Ouvrez le menu contextuel du rôle dans le volet de l'Explorateur de projets Eclipse, cliquez sur Azure, puis sur Débogage. Cette boîte de dialogue vous permet d'activer ou de désactiver le débogage à distance, ainsi que de créer des configurations de débogage, comme illustré dans l'image suivante.

Propriétés de débogage

Pour plus d'informations sur le débogage, consultez Débogage d'applications Azure dans Eclipse.

Ouvrez le menu contextuel du rôle dans le volet de l'Explorateur de projets Eclipse, cliquez sur Azure, puis sur Points de terminaison. Cette boîte de dialogue vous permet de créer, modifier ou supprimer un point de terminaison, comme illustré dans l'image suivante.

Propriétés des points de terminaison

Pour ajouter un point de terminaison, dans la page de propriétés Points de terminaison, cliquez sur le bouton Ajouter afin d'ouvrir la boîte de dialogue Ajouter un point de terminaison.

Boîte de dialogue Ajouter un point de terminaison

Entrez un nom pour le point de terminaison, sélectionnez le type (Entrée, Interne ou Entrée d'instance), puis spécifiez les ports public et privé. Appuyez sur OK pour enregistrer les nouvelles valeurs de point de terminaison.

Selon le type de point de terminaison, vous pouvez utiliser des plages de ports comme suit :

  • Pour un point de terminaison d'instance d'entrée, le port public peut être une plage de ports (par exemple 2000-2010), et le port privé est une valeur fixe.

  • Pour un point de terminaison interne, le port public n'est pas utilisé et le port privé peut être une plage, vide ou un astérisque pour indiquer qu'il est automatiquement défini par Azure.

  • Pour des points de terminaison d'entrée, le port public ne peut être qu'une valeur fixe, et le port privé peut être une valeur fixe, vide ou un astérisque pour indiquer qu'il est automatiquement défini par Azure.

Si vous souhaitez utiliser un numéro de port unique au lieu d'une plage, laissez la zone de texte vide pour la fin de la plage.

Pour les ports dont la valeur est automatique, si vous avez besoin de déterminer le port réellement utilisé pendant l'exécution, votre application peut utiliser l'API Runtime du service Azure est décrite dans http://dl.windowsazure.com/javadoc/com/microsoft/windowsazure/serviceruntime/package-summary.html.

Pour voir comment utiliser des points de terminaison d'entrée d'instance pour faciliter le débogage d'un déploiement multi-instance, consultez Debugging a specific role instance in a multi-instance deployment.

Pour modifier un point de terminaison, sélectionnez-le, puis, dans la page de propriétés Points de terminaison, cliquez sur le bouton Modifier. Une boîte de dialogue s'ouvre, dans laquelle vous pouvez modifier le nom, le type et les ports privé et public de point de terminaison. Appuyez sur OK pour enregistrer les valeurs de point de terminaison modifiées.

Pour supprimer un point de terminaison, sélectionnez-le, puis, dans la page de propriétés Points de terminaison, cliquez sur le bouton Supprimer puis sur Oui pour confirmer la suppression.

Pour configurer correctement certaines fonctionnalités (par exemple, la mise en cache, le débogage à distance, l'affinité de session ou le déchargement SSL ) activées par l'utilisateur sur un rôle, la boîte à outils peut configurer automatiquement des points de terminaison spéciaux qui sont alors répertoriés avec les points de terminaison définis par l'utilisateur. La boîte à outils empêche l'utilisateur de modifier ou supprimer ces points de terminaison générés automatiquement tant que la fonctionnalité associée est activée.

Ouvrez le menu contextuel du rôle dans le volet de l'Explorateur de projets Eclipse, cliquez sur Azure, puis sur Variables d'environnement. Cette boîte de dialogue vous permet de créer, modifier ou supprimer une variable d'environnement, comme illustré dans l'image suivante.

Propriétés des variables d'environnement

Des variables d'environnement sont disponibles pour votre script de démarrage lors du démarrage du rôle.

noteRemarque
Lorsque vous spécifiez des variables d'environnement, n'oubliez pas que votre déploiement sera publié sur une machine virtuelle Windows. Vos variables d'environnement doivent donc être valides pour un système d'exploitation Windows.

En guise d'exemple de variable d'environnement disponible au démarrage du rôle, créez une variable d'environnement en cliquant sur le bouton Ajouter. L'exemple suivant illustre la création d'une variable d'environnement nommée MyRoleVersion et l'attribution à celle-ci de la valeur 1.0.

Boîte de dialogue Nouvelle variable d'environnement

Dans votre code jsp, vous pouvez afficher la valeur à l'aide de la méthode System.getenv :

<body>
  <b> Hello World!</b>
  <p>Running role version: <%= System.getenv("MyRoleVersion") %></p>
</body>

L'exécution de l'application produit la sortie suivante :

Hello World avec variable d'environnement

Pour modifier une variable d'environnement, sélectionnez-la, puis, dans la page de propriétés Variables d'environnement, cliquez sur le bouton Modifier. Une boîte de dialogue s'ouvre, dans laquelle vous pouvez modifier les propriétés de variable d'environnement. Cliquez sur OK pour enregistrer les valeurs de variable d'environnement.

Pour supprimer une variable d'environnement, sélectionnez-la, puis, dans la page de propriétés Variables d'environnement, cliquez sur le bouton Supprimer puis sur Oui pour confirmer la suppression.

Pour configurer correctement certaines fonctionnalités (par exemple, la configuration du serveur, le débogage à distance ou le stockage local) activées par l'utilisateur sur un rôle, la boîte à outils peut configurer automatiquement des variables d'environnement spéciales qui sont alors répertoriées avec celles définies par l'utilisateur. La boîte à outils empêche l'utilisateur de modifier ou supprimer ces variables d'environnement générées automatiquement tant que la fonctionnalité associée est activée.

Ouvrez le menu contextuel du rôle dans le volet de l'Explorateur de projets Eclipse, cliquez sur Azure, puis sur Équilibrage de charge. Cette boîte de dialogue vous permet d'activer ou de désactiver l'affinité de session, comme illustré dans l'image suivante.

Propriétés de l'équilibrage de charge

Pour plus d'informations, consultez Affinité de session. Notez également le comportement de cette fonctionnalité dans le contexte d'un déchargement SSL, comme décrit dans SSL Offloading.

Ouvrez le menu contextuel du rôle dans le volet de l'Explorateur de projets Eclipse, cliquez sur Azure, puis sur Stockage local. Cette boîte de dialogue vous permet de créer, modifier ou supprimer un stockage local temporaire pour la machine virtuelle qui exécute votre application. Vous pouvez définir des valeurs spécifiques pour la taille du stockage local, ainsi que pour indiquer si le contenu est conservé lors du recyclage du rôle, comme illustré dans l'image suivante.

Propriétés de stockage local

Vous pouvez également spécifier une variable d'environnement correspondant au stockage local.

Par défaut, tout ce que vous déployez dans Azure est placé (et décompressé) dans le dossier approot de l'instance de rôle. Si la plupart des déploiements simples peuvent y tenir même après décompression, l'espace alloué au répertoire approot est limité plutôt que bien défini (moins de 1 Go constitue une règle empirique raisonnable). Par conséquent, pour s'assurer qu'Azure alloue suffisamment d'espace disque pour les déploiements plus importants susceptibles de ne pas tenir dans le dossier approot, il est recommandé de définir une ressource de stockage local via la boîte de dialogue Stockage local. Pour savoir comment faire cela facilement, consultez Réalisation de déploiements volumineux.

Vous pouvez aisément référencer les ressources de stockage à partir de scripts de démarrage (par exemple, votre commande startup.cmd) en utilisant la variable d'environnement automatiquement associée à la ressource par la boîte à outils Eclipse, comme illustré dans la boîte de dialogue Stockage local. Cette variable d'environnement contient le chemin d'accès complet de la ressource locale que vous avez configurée au moment de l'exécution de votre script de démarrage.

Pour modifier une ressource de stockage local, sélectionnez-la, puis, dans la page de propriétés Stockage local, cliquez sur le bouton Modifier. Une boîte de dialogue s'ouvre, dans laquelle vous pouvez modifier les propriétés de ressource de stockage local. Cliquez sur OK pour enregistrer les valeurs de ressource de stockage local.

Pour supprimer une ressource de stockage local, sélectionnez-la, puis, dans la page de propriétés Stockage local, cliquez sur le bouton Supprimer puis sur Oui pour confirmer la suppression.

Ouvrez le menu contextuel du rôle dans le volet de l'Explorateur de projets Eclipse, cliquez sur Azure, puis sur Configuration du serveur. Cette boîte de dialogue vous permet d'ajouter, de supprimer et de modifier le JDK et serveur d'applications Java utilisé par votre déploiement, ainsi que d'ajouter ou de supprimer les applications (telles que des fichiers WAR, JAR ou EAR) utilisées par votre déploiement.

Cette boîte de dialogue vous permet de spécifier le package JDK à utiliser pour votre déploiement. Si vous utilisez Eclipse sur Windows, vous pouvez spécifier le package JDK à utiliser localement lors de l'exécution dans l'émulateur Azure, ainsi que déployer cette installation locale sur Azure. Sur des systèmes d'exploitation autres que Windows, le paramètre d'émulateur JDK n'est pas applicable, et vous ne pouvez pas déployer le JDK installé localement, car il n'est pas compatible avec Windows. Toutefois, quel que soit le système d'exploitation utilisé, vous pouvez toujours choisir parmi les packages JDK tiers à déployer sur Azure, ou pointer sur votre propre package JDK compatible Windows dans un autre emplacement de téléchargement.

Voici un exemple de la manière dont vous pouvez spécifier un JDK sur Windows :

JDK local de configuration de serveur du kit de ressources Eclipse pour Windows

Si vous utilisez Eclipse sur Windows, vous pouvez spécifier un JDK à utiliser avec l'émulateur de calcul. Pour ce faire, dans la section Déploiement d'émulateur, vérifiez que l'option Utiliser le JDK à partir de ce chemin d'accès de fichier pour tester localement est activée. Ensuite, spécifiez le chemin d'accès local de votre JDK. Vous pouvez accéder à un autre JDK si celui que vous voulez utiliser n'est pas sélectionné automatiquement. Vous pouvez également déployer votre JDK dans votre service cloud Azure. À cette fin, dans la section Déploiement dans le cloud, activez l'option Déployer mon JDK local (chargement automatique dans un stockage cloud).

Remarque : Sur les systèmes d'exploitation autres que Windows, les paramètres de Déploiement d'émulateur et l'option Déployer mon JDK local ne sont pas disponibles. L'exemple suivant illustre la spécification d'un JDK sur un Mac ou un autre système d'exploitation non Windows pris en charge :

JDK tiers de configuration de serveur du kit de ressources Eclipse pour Mac

Quel que soit le système d'exploitation, vous disposez des deux options suivantes de Déploiement dans le cloud pour la source et le type de votre package JDK :

  • Déployer un package JDK tiers disponible à partir d'Azure

  • Déployer à partir d'un téléchargement personnalisé

Si vous utilisez l'option Déployer un package JDK tiers disponible à partir d'Azure :

  1. Activez la case à cocher Déployer un package JDK tiers disponible à partir d'Azure.

  2. Dans la liste déroulante, sélectionnez le package JDK tiers disponible sur Azure.

  3. Sous Windows, votre onglet JDK doit ressembler à ceci :

    JDK tiers de configuration de serveur du kit de ressources Eclipse pour Windows Sous Mac OS ou tout autre système d'exploitation non Windows pris en charge, il doit ressembler à ceci :

    JDK tiers de configuration de serveur du kit de ressources Eclipse pour Mac
  4. Cliquez sur OK pour enregistrer vos modifications.

  5. Lorsque vous êtes invité à accepter le contrat de licence du fournisseur du package JDK tiers, consultez-en les termes. Si vous acceptez ces derniers, cliquez sur Oui pour fermer la boîte de dialogue Accepter le contrat de licence.

    Notez que vous pouvez personnaliser la logique sous-jacente déterminant le choix des éléments qui figurent dans la liste déroulante pour l'option Déployer un package JDK tiers disponible à partir d'Azure. Pour personnaliser les éléments, dans la boîte de dialogue JDK, cliquez sur le lien Personnaliser. Cela a pour effet de fermer la page de propriétés JDK et d'ouvrir dans Eclipse le fichier componentsets.xml que vous pouvez modifier selon le besoin. Une documentation relative au fichier componentsets.xml est incluse dans le fichier proprement dit.

Si vous utilisez l'option Déployer un JDK à partir d'un téléchargement personnalisé :

  1. Créez un fichier ZIP de votre répertoire d'installation de JDK, en veillant à ce que le nœud du répertoire lui-même soit l'enfant de la structure ZIP, et non son contenu. Prenez note du nom du répertoire dont vous aurez besoin ultérieurement, sans oublier que cette installation de JDK sera déployée sur une machine virtuelle Windows.

  2. Téléchargez le fichier ZIP dans votre compte de stockage Azure en tant qu'objet blob. Pour ce faire, vous pouvez utiliser un outil disponible en externe pour le téléchargement d'objets BLOB dans un stockage Azure. Il est recommandé d'utiliser un objet blob privé. Prenez note de l'URL d'objet blob du contenu du fichier ZIP.

  3. Activez la case à cocher Déployer un JDK à partir d'un téléchargement personnalisé.

    Si vous souhaitez télécharger à partir de votre compte de stockage Azure, sélectionnez celui-ci dans la liste déroulante Compte de stockage (vous pouvez cliquer sur le lien Comptes pour modifier le contenu de la liste). Cette action renseigne partiellement le champ URL que vous n'avez plus qu'à compléter. Si vous ne souhaitez pas utiliser de stockage Azure, sélectionnez (aucun) dans la liste déroulante Compte de stockage, puis entrez l'URL de votre téléchargement de JDK dans le champ URL. Si vous utilisez un stockage Azure, les noms d'objet blob dans l'URL doivent être en minuscules.

  4. Vérifiez que la zone de texte JAVA_HOME indique le nom de répertoire correct. Par défaut, le nom de répertoire de JDK correspond à la valeur que vous avez choisie pour votre usage local. Toutefois, si le répertoire contenu dans le fichier ZIP porte un autre nom (par exemple, en raison de l'utilisation d'une version différente), mettez à jour le nom de répertoire dans la zone de texte JAVA_HOME en conséquence, car ce paramètre sera utilisé dans le cloud (et non dans l'émulateur de calcul).

  5. Cliquez sur OK pour enregistrer vos modifications.

Voilà ! Désormais, lorsque vous générerez pour le cloud, vous constaterez que la taille de package sera beaucoup plus petite, et que le processus de génération ainsi que le déploiement lui-même en cas de publication dans le nuage prendront généralement moins de temps. Notez que les options Déployer mon JDK local (chargement automatique dans un stockage cloud) et Déployer un JDK à partir d'un téléchargement personnalisé ne prennent effet que lorsque votre application est déployée dans le cloud. Elles n'ont aucune incidence sur votre expérience d'émulateur de calcul. La version locale des composants sera toujours utilisée lors du déploiement sur l'émulateur de calcul.

Voici un exemple de la manière de spécifier un serveur d'applications.

Serveur local de configuration de serveur du kit de ressources Eclipse pour Windows

Vérifiez que la case à cocher Déployer un serveur de ce type est activée, puis choisissez le type de serveur d'applications à utiliser.

Pour spécifier un serveur à utiliser pour un déploiement dans le cloud, vous pouvez utiliser l'une des options suivantes :

  1. Déployer un serveur tiers disponible à partir d'Azure : ceci s'applique en particulier dans des scénarios de développement ou de test, où l'efficacité et la simplicité du déploiement sont essentielles, et où le serveur ne nécessite pas de configuration personnalisée. Ceci s'applique également si vous souhaitez utiliser l'un de ces serveurs comme point de départ, mais incluez des étapes appropriées de personnalisation du serveur dans la logique de démarrage de votre déploiement.

  2. Déployer à partir d'un téléchargement personnalisé : ceci s'applique en particulier dans des scénarios de production où vous avez un serveur spécialement préparé et configuré, que vous souhaitez utiliser dans le cloud.

  3. Déployer mon installation de serveur local : s'applique en particulier si votre installation de serveur local est déjà configurée de façon personnalisée pour votre utilisation. Si vous activez cette option, vous devez également spécifier le chemin d'accès à votre serveur local dans la zone de texte Chemin d'accès au serveur local.

Si vous utilisez l'option Déployer un serveur tiers disponible à partir d'Azure :

  1. Activez la case à cocher Déployer un serveur tiers disponible à partir d'Azure.

  2. Dans le menu déroulant, sélectionnez le logiciel de serveur à utiliser avec votre déploiement dans le cloud. Notez que, si vous avez déjà spécifié un type de serveur à utiliser, vous pouvez uniquement choisir un serveur cloud se trouvant dans la même famille que ce type de serveur. En revanche, si vous n'avez pas choisi de type de serveur, vous pouvez choisir tout serveur actuellement disponible sur Azure, et le type de serveur est sélectionné automatiquement.

  3. Cliquez sur OK pour enregistrer vos modifications.

Si vous utilisez l'option Déployer à partir d'un téléchargement personnalisé :

  1. Assurez-vous que vous avez sélectionné un type de serveur conformément aux étapes précédentes. Cela indique au plug-in comment déployer le serveur à partir de votre téléchargement personnalisé, car il doit être de la même famille que votre type de serveur sélectionné.

  2. Activez la case à cocher Déployer à partir d'un téléchargement personnalisé.

    Si vous souhaitez télécharger à partir de votre compte de stockage Azure, sélectionnez celui-ci dans la liste déroulante Compte de stockage (vous pouvez cliquer sur le lien Comptes pour modifier le contenu de la liste). Cette action renseigne partiellement le champ URL que vous n'avez plus qu'à compléter en spécifiant le fichier ZIP de téléchargement (si vous utilisez un stockage Azure, les noms d'objet blob dans l'URL doivent être en minuscules). Si vous ne souhaitez pas utiliser un stockage Azure, sélectionnez (aucun) dans la liste déroulante Compte de stockage, puis entrez l'URL de votre fichier ZIP de téléchargement de serveur dans le champ URL. Le fichier ZIP doit contenir un dossier enfant représentant le répertoire d'installation de votre serveur d'applications. Par exemple, si vous utilisez un fichier ZIP pour Apache Tomcat 7.0.35, ce fichier doit contenir le dossier enfant représentant le répertoire d'installation, tel que tomcat-apache-7.0.35.

  3. Spécifiez la valeur de la variable d'environnement du répertoire de base. Par défaut, il s'agit de la valeur éventuelle utilisée pour votre serveur d'applications local, mais vous pouvez spécifier une autre valeur si votre serveur d'applications dans le cloud diffère de votre serveur d'applications local. Toutefois, vous devez vous assurer que votre serveur d'applications dans le cloud est de la même famille que le type de serveur sélectionné précédemment.

    Si vous mettez à jour l'archive ZIP de votre serveur d'applications dans le cloud par la suite, vous pouvez modifier manuellement le paramètre de répertoire de base ou faire en sorte qu'il corresponde à nouveau à votre paramètre local (si vous avez également modifié votre serveur d'applications local).

  4. Cliquez sur OK pour enregistrer vos modifications.

Vous pouvez personnaliser la logique sous-jacente déterminant les éléments qui s'affichent sous l'onglet Serveur dans la page de propriétés Configuration du serveur. Il s'agit d'une fonctionnalité avancée qui peut s'avérer utile si vos besoins dépassent les valeurs par défaut, ou si vous voulez ajouter d'autres serveurs. Pour personnaliser la logique, dans la boîte de dialogue Serveur, cliquez sur le lien Personnaliser. Cela a pour effet de fermer la page de propriétés Configuration du serveur et d'ouvrir dans Eclipse le fichier componentsets.xml que vous pouvez modifier si nécessaire pour étendre le modèle de configuration du serveur. Une documentation relative au fichier componentsets.xml est incluse dans le fichier proprement dit.

Si vous utilisez l'option Déployer mon serveur local (chargement automatique dans un stockage cloud) :

  1. Activez la case à cocher Déployer mon serveur local (chargement automatique dans un stockage cloud).

  2. Dans la liste déroulante Compte de stockage, sélectionnez (auto). Si vous spécifiez (auto) ici, la boîte à outils Eclipse utilise pour votre serveur le compte de stockage que vous sélectionnez pour votre déploiement dans la boîte de dialogue Publier sur Azure.

  3. Cliquez sur OK pour enregistrer vos modifications.

Sélectionnez le chemin d'installation du serveur sur votre ordinateur dans la zone de texte Chemin d'accès au serveur local si l'une des conditions suivantes est vraie :

  • Vous souhaitez tester votre déploiement dans l'émulateur (s'applique uniquement à Windows).

  • Vous souhaitez déployer votre serveur installé localement dans le cloud.

  • Vous souhaitez utiliser votre propre téléchargement de serveur personnalisé dans le cloud. Dans ce cas, vérifiez également que l'option Déployer mon serveur local (chargement automatique dans un stockage cloud) est activée.

Si aucune des options précédentes ne s'applique à votre situation, le paramètre de serveur local est facultatif.

Voici un exemple de la manière de spécifier un une application.

Configuration du serveur pour les applications

Cliquez sur Ajouter pour ajouter une application, ou sur Supprimer pour en supprimer une. Par souci d'efficacité, si vous souhaitez utiliser un téléchargement pour la source d'une application lors d'un déploiement dans le cloud, utilisez les propriétés des composants pour spécifier une URL, un compte de stockage, etc.

Depuis la version d'avril 2014, vos applications sont automatiquement téléchargées dans le compte de stockage (résidant dans le conteneur eclipsedeploy) que vous avez sélectionné pour votre déploiement. La logique de démarrage de votre déploiement contient une étape qui télécharge tout d'abord ces applications à partir de ce compte de stockage. Cela signifie que vous pouvez mettre à niveau vos applications dans votre déploiement sans devoir régénérer et redéployer le package entier, en téléchargeant manuellement les versions plus récentes de l'application directement dans ce compte de stockage (par exemple, à l'aide du portail Azure), ce qui a pour effet de remplacer les fichiers WAR que la boîte à outils y a initialement chargés. Ensuite, procédez au recyclage de toutes ces instances de rôle à l'aide du portail de gestion Azure, ou d'utilitaires de ligne de commande. (le déclenchement du recyclage de rôle directement à partir de la boîte à outils Eclipse n'est pas pris en charge actuellement).

Les modifications apportées via la page de propriétés Configuration du serveur sont reflétées dans les éléments <component> du fichier package.xml.

Lorsque vous utilisez les options Charger automatiquement... ou Déployer à partir d'un téléchargement... pour le JDK ou le serveur d'applications, puis générez pour le cloud (pas pour l'émulateur de calcul) alors que vous êtes connecté au réseau, il se peut que des messages de génération tels que les suivants s'affichent dans la sortie de la console, tandis que le Générateur Fourmi vérifie la disponibilité du téléchargement :

[windowsazurepackage] Verifying blob availability (https://example.blob.core.windows.net/temp/tomcat6.zip)...

Si vous avez sélectionné l'option Déployer à partir d'un téléchargement..., l'avertissement suivant peut s'afficher, mais la génération continue :

[windowsazurepackage] warning: Failed to confirm blob availability! Make sure the URL and/or the access key is correct (https://example.blob.core.windows.net/temp/tomcat6.zip).

Cet avertissement est la seule indication que la disponibilité du téléchargement n'a pas été vérifiée. Par conséquent, si un déploiement échoue dans le cloud pour une raison quelconque, vérifiez si vous avez reçu cet avertissement.

Si vous souhaitez désactiver la vérification du téléchargement (par exemple, si vous pensez que cela ralentit inutilement la génération), définissez l'attribut verifydownloads sur false dans l'élément <windowsazurepackage> du fichier package.xml :

<windowsazurepackage verifydownloads="false" …>

Si vous avez sélectionné l'option Charger automatiquement..., la fenêtre de console affiche des messages de génération indiquant la progression du téléchargement toutes les 5 secondes, chaque fois qu'un chargement est nécessaire.

Ouvrez le menu contextuel du rôle dans le volet de l'Explorateur de projets Eclipse, cliquez sur Azure, puis sur Déchargement SSL.

Boîte de dialogue de déchargement SSL

Cette boîte de dialogue vous permet d'activer le déchargement SSL afin de pouvoir activer aisément la prise en charge du protocole HTTPS dans votre déploiement Java sur Azure, sans devoir configurer SSL dans votre serveur d'applications Java. Pour plus d'informations, consultez SSL Offloading et Utilisation du déchargement SSL.

Voir aussi

Afficher:
© 2015 Microsoft