Exporter (0) Imprimer
Développer tout

Utilisation des options de démarrage du service SQL Server

Lorsque vous installez SQL Server, le programme d'installation inscrit un ensemble d'options de démarrage par défaut dans le Registre de Microsoft Windows. Vous pouvez utiliser ces options de démarrage pour spécifier un autre fichier de base de données master, un autre fichier journal de base de données master ou un autre fichier journal des erreurs.

Il est possible de définir les options de démarrage en utilisant le Gestionnaire de configuration SQL Server. Pour plus d'informations, consultez Procédure : configurer les options de démarrage de serveur (Gestionnaire de configuration SQL Server).

Options de démarrage par défaut Description

-d master_file_path

Indique le chemin d'accès complet du fichier de base de données master (il s'agit généralement de C:\Program Files\Microsoft SQL Server\MSSQL.n\MSSQL\Data\Master.mdf). Si vous ne spécifiez pas cette option, les paramètres du Registre existant sont utilisés.

-e error_log_path

Indique le chemin d'accès complet au fichier journal des erreurs (il s'agit généralement de C:\Program Files\Microsoft SQL Server\MSSQL.n\MSSQL\LOG\ERRORLOG). Si vous ne spécifiez pas cette option, les paramètres du Registre existant sont utilisés.

-l master_log_path

Indique le chemin d'accès complet du fichier de base de données master (il s'agit généralement de C:\Program Files\Microsoft SQL Server\MSSQL.n\MSSQL\Data\mastlog.mdf).

Vous pouvez remplacer temporairement les options de démarrage par défaut et démarrer une instance de SQL Server à l'aide des options de démarrage supplémentaires ci-dessous.

Autres options de démarrage Description

-c

Raccourcit la durée nécessaire au démarrage de SQL Server à partir de l'invite de commandes. En général, le moteur de base de données SQL Server démarre en tant que service en appelant le gestionnaire de contrôle de services. Comme le moteur de base de données SQL Server ne démarre pas en tant que service lors du démarrage à partir de l'invite de commandes, utilisez -c pour ignorer cette étape.

-f

Démarre une instance de SQL Server avec une configuration minimale. Cette option est utile lorsqu'une valeur de configuration définie (espace mémoire insuffisant, par exemple) a empêché le serveur de démarrer.

-g memory_to_reserve

Spécifie un nombre entier de mégaoctets (Mo) de mémoire que SQL Server conservera disponible pour les allocations de mémoire dans le processus SQL Server, mais en dehors du pool de mémoire de SQL Server. La mémoire en dehors du pool de mémoire est la zone utilisée par SQL Server pour le chargement d'éléments tels que les fichiers .dll des procédures stockées étendues, les fournisseurs OLE DB référencés par les requêtes distribuées et les objets automation référencés dans les instructions Transact-SQL. La valeur par défaut est 256 Mo.

Cette option peut faciliter l'ajustement de l'allocation de mémoire, mais uniquement lorsque la mémoire physique dépasse la limite configurée définie par le système d'exploitation sur la mémoire virtuelle disponible pour les applications. L'utilisation de cette option peut s'avérer appropriée avec des configurations de mémoire importantes, dans lesquelles les besoins en utilisation de la mémoire de SQL Server ne sont pas standard et l'espace d'adressage virtuel du processus SQL Server est utilisé dans son intégralité. L'utilisation incorrecte de cette option peut mener à des situations dans lesquelles une instance de SQL Server ne démarre pas ou rencontre des erreurs lors de l'exécution.

Utilisez la valeur par défaut pour le paramètre -g, sauf si vous voyez l'un des avertissements suivants dans le journal d'erreurs de SQL Server :

  • « Failed Virtual Allocate Bytes : FAIL_VIRTUAL_RESERVE <size> »
  • « Failed Virtual Allocate Bytes : FAIL_VIRTUAL_COMMIT <size>"

Ces messages peuvent indiquer que SQL Server tente de libérer des parties du pool de la mémoire de SQL Server afin de trouver de l'espace pour des éléments tels que les fichiers .dll de procédure stockée étendue ou des objets Automation. Dans ce cas, envisagez d'augmenter la quantité de mémoire réservée par le commutateur -g.

L'utilisation d'une valeur inférieure à celle par défaut augmente la quantité de mémoire disponible dans le pool de mémoires tampons ou les piles de threads ; cela permet de profiter de l'amélioration des performances pour les charges de travail qui ont recours de manière intensive à la mémoire dans les systèmes qui n'utilisent pas de nombreuses procédures stockées étendues, requêtes distribuées ou objets automation.

-h

Réserve un espace d'adressage virtuel pour les métadonnées d'ajout de mémoire à chaud lorsque AWE est activé avec SQL Server 2005 32 bits. Nécessaire pour l'ajout de mémoire à chaud avec AWE 32 bits, mais consomme environ 500 Mb d'espace d'adressage virtuel et complique le paramétrage de la mémoire. Non obligatoire pour SQL Server 64 bits. L'ajout de mémoire à chaud est uniquement disponible pour , versions Enterprise Edition et Datacenter Edition. Il impose également une prise en charge particulière du matériel par le constructeur.

-m

Démarre une instance de SQL Server en mode mono-utilisateur. Lorsque vous démarrez une instance de SQL Server en mode mono-utilisateur, un seul utilisateur peut se connecter et le processus CHECKPOINT n'est pas démarré. CHECKPOINT garantit l'écriture régulière des transactions terminées de la mémoire cache du disque vers l'unité de base de données. (Cette option est généralement utilisée si vous rencontrez des problèmes avec des bases de données système qui doivent être réparées). Active l'option sp_configure allow updates. Par défaut, l'option allow updates est désactivée.

-n

N'utilise pas le journal des applications de Windows pour enregistrer les événements de SQL Server. Si vous démarrez une instance de SQL Server en utilisant -n, nous vous recommandons d'utiliser également l'option de démarrage -e. Sinon, les événements SQL Server ne seront pas consignés.

-s

Permet de démarrer une instance nommée de SQL Server 2005. Si le paramètre -s n'est pas défini, l'instance par défaut va tenter de démarrer. Vous devez passer au répertoire BINN approprié pour l'instance avant de démarrer sqlservr.exe à l'invite de commandes. Par exemple, si Instance1 doit utiliser \mssql$Instance1 pour ses fichiers binaires, l'utilisateur doit être dans le répertoire \mssql$Instance1\binn pour démarrer sqlservr.exe -s instance1.

-T trace#

Indique qu'une instance de SQL Server doit être démarrée avec un indicateur de trace déterminé (trace#) activé. Les indicateurs de trace permettent de démarrer le serveur avec un comportement non standard. Pour plus d'informations, consultez Indicateurs de trace (Transact-SQL).

-x

Désactive le suivi des statistiques temps UC et taux d'accès au cache. Optimise les performances au maximum.

ms190737.note(fr-fr,SQL.90).gifRemarque :
Lorsque vous spécifiez un indicateur de trace à l'aide de l'option -T, utilisez un « T » majuscule pour transmettre le numéro de drapeau de trace. Le caractère minuscule « t » est accepté par SQL Server, mais il permet de définir d'autres indicateurs de trace internes qui ne servent qu'aux ingénieurs du support technique de SQL Server. (Les paramètres spécifiés dans la fenêtre de démarrage du Panneau de configuration ne sont pas lus.)

Certaines options de démarrage, telles que le mode mono-utilisateur et le mode de configuration minimale, sont principalement utilisées pour le dépannage. Le démarrage du serveur à des fins de dépannage avec les options –m ou –f est plus facilement réalisable sur la ligne de commande, pendant le démarrage manuel de sqlservr.exe.

ms190737.note(fr-fr,SQL.90).gifRemarque :
Lors d'un démarrage de SQL Server avec l'instruction net start, les options de démarrage utilisent une barre oblique (/) au lieu d'un tiret (-).

Il peut être intéressant d'utiliser certaines options de démarrage à chaque fois que vous démarrez SQL Server. Ces options, telles que –g ou le démarrage avec un indicateur de trace, sont plus facilement mises en œuvre en configurant les paramètres de démarrage avec SQL Server Management Studio ou le Gestionnaire de configuration SQL Server. Ces outils enregistrent les options de démarrage sous forme de clés du Registre, de sorte que SQL Server démarre toujours en tenant compte des options de démarrage.

Ajouts de la communauté

AJOUTER
Afficher:
© 2014 Microsoft